Consulter les messages sans réponse | Consulter les sujets actifs Nous sommes actuellement le Mer 17 Jan 2018 12:02



Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 
 14 - L'amour du risque 

Votre opinion sur cette nouvelle ?
Le sondage s’est clôturé le Jeu 21 Oct 2010 14:18
Excellent 0%  0%  [ 0 ]
Bien 60%  60%  [ 3 ]
Suffisant 0%  0%  [ 0 ]
Insuffisant (qualité d'écriture) 40%  40%  [ 2 ]
Insuffisant (intégration dans l'univers) 0%  0%  [ 0 ]
Nombre total de votes : 5

 14 - L'amour du risque 
Auteur Message
Contributeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Mar 6 Jan 2009 12:20
Message(s) : 84
Localisation : 77
Et voilà une nouvelle qui met l'accent sur l'ambiance space-opera et cyber de l'univers...

Citer :
Une journée tiède et ensoleillée touche à sa fin sur Eden. Jesse se détend un instant en regardant la planète passer de l'ombre à la lumière, loin en-dessous de la station, puis retourne aux derniers préparatifs de son appareil, le SilverFang, un cargo léger FL-3SII-StarJump trafiqué qu'il bichonne depuis qu'il se l'est procuré, il y a environ dix ans de cela. Malgré sa petite taille, ce transporteur de forme lenticulaire, hérissé d'aspérités irrégulières et inélégantes, lui a déjà rendu bien des services. Rustique et apte aux descentes planétaires, c'est un excellent véhicule pour le commerce "léger" de marchandises en tous genres, ainsi que quelques passagers.

Jesse fait le tour de l'appareil et gratifie d'une tape amicale Hans et Juan, qui vérifient les verniers, avant d'emprunter la passerelle d'accès au vaisseau. Il fait un crochet par la cambuse pour s'assurer du bon ravitaillement pour le prochain voyage et rejoint Indra, sa copilote et Sliman, l'opérateur communications et analyses, dans le poste de pilotage.

- Alors, les enfants, c'est bon pour vous ?
- Les instruments de communication et les senseurs sont en fonction, répond Sliman.
- Les boucliers et l'armement sont opérationnels, ajoute Indra en lui coulant un regard complice.
- OK, Juan et Hans terminent la vérification de la propulsion et on pourra aller faire un tour au service des transports, voir s'il y a des contrats intéressants.
- Ouep, et tu pourras nous payer ta tournée, Cap', pour nous remonter le moral du manque d'activité en ce moment !
- Ah, là-dessus, tu n'as pas tort, mon vieux.

Jesse claque une tape amicale dans le dos de son ingénieur et redescend sur le quai d'embarquement.

- C'est bon pour vous, les gars ?
- C'est bon, Jesse. La propulsion est parée, il faudra juste faire gaffe au vernier numéro quatre, il commence à montrer des signes de fatigue.
- Ce qui veut dire ?
- Eh bien qu'il ne va pas trop falloir tarder à le changer avant qu'il ne nous lâche.
- On peut déjà aller voir dans les magasins de l'astroport pour se renseigner sur les prix pratiqués ici.
- Pourquoi pas…
- On en profitera en même temps que d'aller consulter les contrats commerciaux du moment.

Là-dessus, Indra et Slimane descendent de l'appareil et les rejoignent. Les cinq amis se dirigent d'un pas guilleret vers la taverne du secteur, près des bureaux commerciaux…

* * *

- Vous verrez, mister Bjorg, ce tout nouveau logiciel de comptabilité possède des fonctions qui permettent beaucoup de choses en plus des fonctions classiques, entre autres, l'établissement d'une comptabilité parallèle discrète, indécelable, et accessible par mot de passe personnel.
- C'est, en effet, intéressant, monsieur Durieux… et à combien proposez-vous ce produit ?
- A la base, c'est un produit qui se vend cent cinquante mille solis, mais j'ai déjà travaillé avec d'autres succursales de la KallenCorp, et pour cela, je vous le cède pour cent vingt-cinq mille.
- C'est un peu élevé pour un logiciel de comptabilité, je trouve.
- Peut-être, mais avec ses multiples fonctions, il dépasse de loin les autres logiciels du même type et en inclue d'autres qui complètent la fonction comptable.
- Ca reste tout de même élevé au vu du marché actuel de l'informatique.
- Pour les produits classiques, sans doute, mais ce produit est une révolution, c'est le dernier cri en la matière.
- Vous faites des paiements échelonnés ? Notre succursale n'a pas l'envergure financière de notre maison mère.
- Je peux vous faire un échéancier en trois mensualités sans frais : quarante-cinq mille aujourd'hui et deux autres mensualités à quarante mille. Cela vous convient-il ?
- Qu'en dites-vous, Dieter ? demande le directeur à son chef comptable.
- Nous pouvons accepter ce compromis.
- Bien, nous allons donc éditer le compromis de vente et vous verser le premier acompte.
- Très bien. Je vous laisse mes coordonnées.

Daniel Durieux empoche la carte au porteur d'une valeur de quarante-cinq mille solis et remet la micro-carte contenant le logiciel tant convoité à Lentz Bjorg, le directeur de la succursale locale, à qui il avait fait parvenir la présentation, quelques temps plus tôt. La transaction terminée, Daniel Durieux quitte les locaux de la KallenCorp.

Lentz Bjorg tend le logiciel à son responsable informatique qui l'insère aussitôt dans le serveur de la société et lance le programme d'installation. Les éléments comptables s'installent progressivement. A l'issue le tableau de résumé d'installation s'affiche à l'écran, attendant la validation, qu'actionne aussitôt le responsable informatique. Aussitôt, l'écran s'efface et devient tout noir. Le visiophone retentit dans le bureau. Lentz Bjorg répond et l'employé, à l'autre bout du fil, lui déclare, d'un ton paniqué, que son ordinateur ne répond plus. Il fait alors le tour de tous les bureaux pour constater qu'il s'agit d'un problème général dans toute la société. Bjorg, commençant à paniquer à son tour, ordonne au responsable informatique de vérifier le serveur. La réponse tombe comme un couperet : le serveur et les disques durs de tous les postes du réseau sont grillés. Toutes les données sont perdues, ainsi que les sauvegardes qui étaient en cours. Le rapport est clair, le programme installé n'était autre qu'un virus camouflé. Lentz voit rouge. Ce commercial n'était rien d'autre qu'un terroriste. Il enclenche le communicateur général et hurle dans le micro.

- Konrad ! prenez trois hommes avec vous et retrouvez-moi ce foutu représentant !
- Bien, monsieur.

Le dénommé Konrad désigne trois de ses hommes et leur fait signe de le suivre. Pendant ce temps, Lentz Bjorg tourne en rond comme un lion en cage tout en manipulant machinalement le boîtier du programme pirate. Il remarque alors un petit bristol qui s'échappe et tombe au sol. Il le ramasse et le lit : "Avec les salutations de Dominique DEON". D'un geste rageur, il enclenche le visiocom et informe le grand patron, Gustav Kallen, des derniers événements.

- Patron, on a gros problème, ici, toute la base de données a été détruite par un virus.
- Pardon ? ! Comment est-ce arrivé ?
- Eh bien, un représentant est venu nous proposer un logiciel comptable dernier cri qui s'est avéré en fait être un virus. Ce dernier a détruit l'intégralité de nos données et sauvegardes à une vitesse incroyable… et ce n'est pas tout : dans le boîtier du logiciel était glissé une carte de visite signée Dominique DEON.
- Ce n'est pas possible, explose Kallen. Je pensais qu'on serait tranquilles après la mort de cette garce de Dolorès Dominguez, mais ça continue quand même !
- Qui est Dolorès Dominguez, patron ?
- Une ancienne employée du siège qui s'est retournée contre nous après s'être acoquinée avec un petit malfrat dont on s'est occupé après qu'il ait cambriolé nos locaux. Elle a été déclarée décédée à la suite du crash d'un vaisseau de tourisme. Je vais finir par croire que son fantôme revient nous hanter ou qu'elle a trouvé un successeur.
- On est bien sûrs qu'elle soit morte ?
- Parmi les décombres, de nombreux corps calcinés ont été retrouvés ainsi que divers documents d'identité partiellement brûlés dont les siens… Mais votre représentant était une femme ?
- Non, un homme. J'ai envoyé mes hommes à ses trousses, ils ne devraient pas tarder à mettre la main dessus.
- Si vous le rattrapez, faites-le parler, torturez-le si nécessaire, qu'il vous dise qui est ce Dominique DEON pour qui il travaille et éliminez-le. Tenez-moi au courant.
- Bien patron.

Dans la rue, les hommes de la KallenCorp se sont séparés pour rechercher leur proie. L'un d'eux le repère dans la foule, filant en direction de l'astroport. Le temps d'un bref échange d'informations et quatre paires d'implants visuels se verrouillent, leurs porteurs convergeant vers la cible, paralysant au poing. Deux d'entre eux se rejoignent, distinguent Daniel dans la foule et ouvrent le feu sur lui. Evitant de peu les tirs qui paralysent deux passants, il se met à courir, se noyant dans la foule tout en prenant la direction de l'astroport. Il devient urgent de trouver un appareil en partance pour quitter les lieux rapidement…

* * *

De retour sur l'aire de décollage, après être allés au service des transports et avoir passé un bon moment à siroter le fameux Coktel Coronal, la spécialité du Bouclier Brûlé, les deux techniciens font un dernier tour du vaisseau, tandis que Slimane et Indra préparent le départ avec Jesse.
Soudain, des détonations retentissent non loin de là.

- Jesse, tu as entendu ça ? Crie Hans du bas de la passerelle à l'attention de son capitaine qui sort de l'appareil en courant.
- Oui, j'ai vaguement entendu... on aurait dit des coups de feu.
- C'est bien ce qui m'a semblé aussi, confirme Juan. Ça venait de l'entrée de la zone aéroportuaire où nous sommes.

Pour confirmer ses dires, au bout de quelques minutes, un hommes arrive en courant et ne cesse de se retourner, semblant craindre des poursuivants. Il est vêtu de façon élégante et confortable, à la façon des négociants-voyageurs, et surtout, il est à bout de souffle !

- Excusez-moi, messieurs, s'adresse l'inconnu aux trois hommes présents d'une voix soufflante, pourriez-vous me prendre à votre bord et me faire quitter le système, s'il vous plait ?
- Que vous arrive-t-il ? Demande Jesse.
- Je suis poursuivi par des tueurs qui n'hésiteront pas à m'abattre devant vous et peut-être même vous aussi, pour ne pas laisser de témoin... Je pense les avoir semés pour l'instant, mais ils doivent me chercher partout dans le secteur. Je vous paierai.
- Je vais devoir vous enregistrer et déclarer le transport aux autorités, dit Jesse.
- Surtout pas ! votre prix sera le mien, mais je vous en prie, je vous demande de me prendre à votre bord sans m'enregistrer.
- C'est impossible, nous n'aurons jamais l'autorisation de décoller sans déclaration : tous les vaisseaux en partance sont scannés tout comme à leur arrivée. Après, le contenu du carnet de bord, ça, c'est mon problème et pas celui des autorités… Vous avez de quoi payer le voyage ?
- Je n'ai pas grand chose sur moi, mais j'ai beaucoup d'argent dans le système Mir, où je vous demande de m'emmener.
- Pour un tel voyage, en toute discrétion, je vous demanderai dix mille solis avec un acompte de quarante pour cent.
- Je n'ai que mille solis en espèces sur moi, je n'ai pas les quatre mille, mais si vous m'emmenez, je vous remettrai quatorze mille solis à l'arrivée.
- Bon… d'accord, finit par décider Jesse après un bref coup d'œil à ses comparses. Embarquez.

Les techniciens montent à bord, suivis de leur passager. Jesse, qui ferme la marche, sent alors deux décharges électriques s'écraser à côté de lui, sur la passerelle. Il se retourne et voit quatre hommes armés courir vers lui, zigzaguant entre les navires arrimés là et les véhicules qui les desservent. Il s'engouffre dans l'appareil et relève la passerelle en catastrophe. Il crie à Indra de lancer les moteurs et court sur son siège pour prendre les commandes. Il actionne l'intercom, lance l'ordre à tous les occupants de l'appareil de se sangler sur leur siège et bascule la commande d'ouverture d'urgence du berceau d'arrimage. Les lourdes portes se verrouillent, séparant le SilverFang du reste de la station. Les ombilicaux claquent en se déverrouillant tandis qu'au-dessus du vaisseau les immenses panneaux s'ouvrent sur l'espace. Dès que le navire est libre, Jesse lance les verniers à pleine puissance. L'appareil s'élève rapidement et fonce vers les étoiles, évitant de justesse un escadron de maintenance qui se répand en injures sur les fréquences partagées. Un petit transfert de fonds vers un officiel de la station et c'est cordialement que le SilverFang salue les trois chasseurs qui se sont détournés fort opportunément de leur patrouille pour croiser sa route.

* * *

- Monsieur, la cible nous a échappé.
- Bande d'incapables ! Comment un homme seul a pu échapper à quatre tueurs chevronnés ? fulmine Lentz Bjorg.
- Il a réussi à se faire embarquer par un petit transporteur privé.
- Vous avez, bien sûr, relevé l'immatriculation de l'appareil ?
- Bien évidemment, monsieur, la voici.
- Bon, allez voir à la tour de contrôle et récupérez-moi les coordonnées de sa destination.
- Bien, monsieur.

Deux heures plus tard, Konrad et ses hommes reviennent à leur base.

- Alors ?
- L'appareil est à destination de Mir, monsieur.
- Bon, prenez contact avec notre succursale locale et dites-leur de réceptionner cet appareil dès son atterrissage.
- Compris.

* * *

Au bout de quelques heures, le SilverFang arrive en vue du premier point de saut et entame son voyage vers le système Mir.

- Bon, maintenant qu'on est tranquilles pour un bon moment, vous allez pouvoir nous donner quelques explications ?
- Oui, je vous dois bien ça... en fait, je suis allé dans une succursale de la KallenCorp, une importante société d'escrocs qui a pignon sur rue dans plusieurs systèmes. Ce sont de vrais requins et je suis allé leur vendre un logiciel qui était sensé révolutionner leur sécurité informatique. En fait, il s'agissait d'un virus qui a dû faire son effet dès qu'ils l'ont installé sur leur serveur.
- Et pourquoi vous avez saboté leur réseau ?
- Pour des raisons personnelles, je suis en guerre contre ces escrocs depuis des mois.

Durant les quelques jours que durent le voyage, Daniel Durieux ne sort quasiment pas de sa cabine. Il prend ses repas dans sa cabine et y passe la plupart de son temps, au grand étonnement de Jesse et de son équipage.

- Monsieur Durieux, nous arrivons en vue de l'astroport, annonce la voix de Jesse dans les hauts parleurs du vaisseau et entend Daniel lui répondre de sa cabine.
- J'ai une requête, capitaine.
- Je vous écoute.
- Vous serait-il possible de mentionner, dans votre registre, une escale sur le système précédent ? Vous préciserez que je suis descendu et que vous avez pris un nouveau passager.
- Et qui ça ?
- Une femme du nom de Diane Dulac.
- Une femme ? !
- Tout à fait. J'arrive, je vais vous expliquer ça.

Jesse, surpris par la requête de son passager, se tourne vers la porte du poste de pilotage. Quand celle-ci s'ouvre, les bras lui en tombent, tout comme à ses compagnons : devant lui s'avance une superbe jeune femme châtain aux yeux turquoise, vêtue d'un tailleur de grande classe.

- Surprise, capitaine, déclare la jeune femme avec un sourire amusé.
- Mais qui êtes-vous donc ?
- Diane Dulac est mon identité officielle. Daniel Durieux était ma couverture pour infiltrer la KallenCorp et leur porter le coup que je leur destinais dans cette succursale.
- Vous êtes une spécialiste du déguisement, en fait, un même titre qu'un espion…
- Oui, mais je suis réellement négociante. Je me travestis juste pour mon combat contre la KallenCorp.
- Que vous ont-ils donc fait pour que vous leur en vouliez de la sorte ?
- Gustav Kallen a tout fait pour me supprimer après avoir fait assassiner mon compagnon. J'ai alors décidé de " mourir " pour renaître sous mon identité actuelle. D'ailleurs, je vois que nous allons atterrir, je vous remets donc les quatorze mille solis convenus pour le voyage sous forme de carte et vous remets également une carte de dix mille solis supplémentaires pour "l'escale ". cela vous convient-il ?
- Oui… en fait, vous aviez l'argent sur vous ?
- Oui, je voulais juste m'assurer d'arriver saine et sauve à destination. Il est probable que la KallenCorp vous envoie ses sbires à notre arrivée.
- Cela ne posera pas de problème. Nous sauront les recevoir… bienvenue à bord, Diane…

* * *



_________________
http://alexandreverkelak.unblog.fr/


Lun 20 Sep 2010 18:33
Profil Site internet
Contributeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam 2 Mai 2009 21:16
Message(s) : 527
Très bon récit, très vif, parfois un peu trop rapide (un chouïa de description des lieux ne ferait pas de mal). Il est tout de même peu probable que la KallenCorp achète un logiciel aussi stratégique à un commerçant complètement inconnu: DD devrait prévoir un subterfuge pour se donner de fausses références.


Lun 20 Sep 2010 20:39
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun 17 Mai 2004 11:13
Message(s) : 3131
Localisation : Près de Paris
Bonjour Cialf,


En effet, à retravailler ce point. Je pense que l'on peut partir sur deux pistes : d'une part on est loin des bases principales de la Corpo, et d'autre part, DD pourrait par exemple se forger une identité comme représentant indépendant d'une boîte "classique" de softs. Avec quelques références locales et ce qu'il faut (baratin, pots de vins, etc...) pour endormir la méfiance de la succursale ciblée, la vérification ne remontera pas plus haut et çà passera... Et çà laisse de la place pour développer quelques scènes de négo intéressantes ^-^

_________________
@+

Benoît 'Mutos' ROBIN

"Si ce message n'est pas édité au moins 3 fois, attendez un peu, il n'est pas fini !"


Mar 21 Sep 2010 05:05
Profil Site internet
Membre Asso.

Inscription : Mer 23 Sep 2009 18:39
Message(s) : 11
Bonjour Mutos,

C'est la femme de Jollyrodgers qui te parle et non lui.
J'ai trouvé le début un peu "longuet" la suite est assez interressante.
QD au logiciel acheté sans verification à un inconnu cela ne me gene pas.


Jeu 23 Sep 2010 09:46
Profil
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Répondre au sujet   [ 4 message(s) ] 

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduit en français par Maël Soucaze.