Consulter les messages sans réponse | Consulter les sujets actifs Nous sommes actuellement le Mar 16 Oct 2018 21:53



Répondre au sujet  [ 13 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
 04 - Eclats métalliques 

Votre opinion sur cette nouvelle ?
Le sondage s’est clôturé le Jeu 21 Oct 2010 14:10
Excellent 14%  14%  [ 1 ]
Bien 71%  71%  [ 5 ]
Suffisant 14%  14%  [ 1 ]
Insuffisant (qualité d'écriture) 0%  0%  [ 0 ]
Insuffisant (intégration dans l'univers) 0%  0%  [ 0 ]
Nombre total de votes : 7

 04 - Eclats métalliques 
Auteur Message
Contributeur

Inscription : Mar 27 Juil 2010 22:32
Message(s) : 419
Bonjour à tous,


Voilà un texte qui met en scène des contrebandiers, les KRinns renégats de Ka'Ralt et un établissement minier, petit mais précieux...

EDIT 29/09/2010 : modifié après première relecture.

Citer :
En quelques années, la planète encore sauvage de Svenia était devenue une escale pour les Spatiens. Comme elle était trop loin d'une route de saut pour être convoitée, sans toutefois être trop isolée, une petite population de colons marionnettistes y avait élu domicile ; ils n'y croisaient que des nomades assez ouverts d'esprits pour les tolérer.

Le bar "Au Sirop de Yuba" était justement tenu par l'un d'eux, Alambic-5, porté par un singe de Bockaboam, un continent de Svenia recouvert par la jungle. En cas de bagarre, deux vigiles contrôlant des fauves locaux remettaient chacun à sa place.

Dans un coin sombre de ce repère de contrebandiers, deux K'Rinns jouaient, face à face autour d'un plateau de Spiraxy. Les deux Spatiens étaient campés sur leurs quatre pattes articulées, l'abdomen soutenu par un siège en bois nervuré, décoré de spirales élégantes ; leurs mandibules s'agitaient au rythme d'une conversation soutenue. A l'issue de cette partie acharnée, les cargaisons du Lef'Ton et du Kirg'Iz seraient redistribuées au prorata des gains simulés par le jeu.

A côté d'eux, un centaure rith à la gueule racée montait la garde auprès de son coéquipier k'rinn R'Lef'Kkip pour vérifier que la partie se déroulait selon les conventions, sirotant négligemment un verre de fine. L'autre joueur connaissait sa réputation : en cas de triche, il n'hésiterait pas à faire un usage discret de l'arme à silencieux toujours cachée dans sa manche.

R'Lef'Kkip, qui avait étudié auprès des maîtres du Spiraxy, ajouta des graines de yuba vertes dans trois cases contiguës du plateau-spirale. Son adversaire A'Kirg'Jabb disposait avec plus de parcimonie de son stock de graines noires, dont il prenait bien soin de dissimuler une partie, ce qui était autorisé par les règles en vigueur. Un habitué du bluff, visiblement, mais cela n'effrayait pas R'Lef'Kkip qui tenait un décompte précis des graines et préparait une manœuvre de transvasements en chaîne.

Le Rith souffla bruyamment. La partie s'étirait un peu trop à son goût. Pourtant l'enjeu était de taille : avec R'Lef'Kkip, ils transportaient un important chargement de tonneaux de fine de yuba, des caisses de feuilles de secota à fumer et des œuvres holographiques en haute définition, introuvables dans ce coin de l'espace connu. Il n'avait pas bien compris contre quoi son coéquipier espérait les troquer. La négociation, ce n'était pas son fort. Son rôle se limitait à la navigation... et aux démonstrations de force, si nécessaire.

R'Lef'Kkip semblait enfin en passe de remporter la partie, selon l'estimation du Rith. C'est alors que A'Kirg'Jabb joua son va-tout :
"Vous semblez bien connaître ce jeu, mais je doute que vous soyez aussi perspicace qu'on le dit. Concluons un marché : si vous devinez ce que je transporte, toute ma cargaison vous appartiendra. Sinon, c'est moi qui remporterai la moitié de la vôtre."

La proposition sortait du cadre des tractations habituelles… D'un geste, R'Lef'Kkip apaisa le Rith, qui portait déjà la main à sa manche. L'autre avait piqué au vif le goût du risque de l'arthropoïde.
"J'accepte, à condition de connaître votre destination et de pouvoir émettre trois propositions."

A'Kirg'Jabb acquiesca d'un claquement de mandibules. "Je vais à Ka'Ralt."
"Fruits fumés de Lakos ?
- Négatif."

R'Lef'Kkip marqua un temps de réflexion, songeant à quelque denrée extraordinaire.
"Vin du système solaire ?
- Négatif."

Les cliquètements baissèrent d'un ton. Dernière chance.
"Un… perceur d'espace temps ? "

A'Kirg'Jabb émis un claquement satisfait avant de répondre, narquois :
"Vous avez perdu : je transporte des nano-implants de combat."

R'Lef'Kkipp en resta les bras ballants. Parmi les arthropoïdes, même les sécessionnistes de Ka'Ralt évitaient toute manipulation biotechnologique d'ordinaire. Chacun connaissait le destin tragique des Ha'Tinkar, dont les articulations génétiquement modifiées s'étaient montrées si vulnérables jadis… L'autre poursuivit, visiblement fier de son petit effet :
"Vous ne me croyez pas ? Ces implants ont été conçus par des Humains renégats, qui ont adapté la technologie de leurs exosquelettes de combat à la morphologie k'rinn.
- J'exige que vous nous présentiez une des capsules", intervint promptement le Rith, fortement désappointé par la perte de son précieux chargement de feuilles de secota.

Ses clients, de riches militaires rithai dépendants des propriétés antalgiques de la secotine, engageraient probablement un fournisseur plus fiable la prochaine fois… et lui devrait chercher un autre affrètement. Malheureusement pour le félidé et son co-équipier, A'Kirg'Jabb n'eût aucun mal à exhiber l'exemplaire demandé. Cette fois, il n'avait pas bluffé.

*

Ce fut donc chargé d'un supplément de feuilles à fumer que le Kirg'Iz termina sa décélération et s'immobilisa au niveau du dernier point de saut, avant d'enclencher ses motivateurs de dernière génération. La haute énergie qu'ils développaient leur permettait d'utiliser des points de saut de très faible masse, réduisant leur trajet à quatre sauts, au lieu d'une quinzaine pour un vaisseau ordinaire. Bientôt, le navire fut environné d'un halo bleuté qui se dissipa en l'engloutissant. Aux yeux de l'équipage k'rinn, leur système destination remplaça quasi-instantanément le système Svenia : ils étaient à Ka'Ralt. Nerveux, A'Kirg'Jabb se tourna vers ses passagers de marque pour s'assurer qu'ils avaient bien supporté l'extrême courbure gravitationnelle. Il était rare de voir des Marionnettistes portés par des Humains, mais cette symbiose particulière représentait une alliance des connaissances marionnettistes en xénobiologie et de l'habileté des biotechniciens humains. Il en résultait une équipe de chirurgiens hors-norme, qui allait pouvoir munir les Défenseurs ka'raltiens de capteurs sensitifs et de démultiplicateurs de force à la pointe du progrès. Enfoncés dans leurs fauteuils et dûment sanglés, les docteurs firent signe qu'ils avaient absorbé de leur mieux le choc du saut. A'Kirg'Jabb se détendit quelque peu. L'équipe de médecins devait absolument arriver en pleine possession de ses capacités, sans quoi son contrat serait rompu.

Puis le halo bleu disparut peu à peu, dévoilant au travers des hublots la ceinture d'astéroïdes à franchir avant de rejoindre l'orbite de la principale planète habitée de Ka'Ralt. Le Kirg'Iz décéléra en passant les bancs rocheux. Quelques heures après, le capitaine du vaisseau actionnait les verniers ioniques pour affiner la manœuvre d'atterrissage au-dessus de l'astroport de la banlieue de T'Gazna, la capitale du système.
*

Une quinzaine d'heures plus tard, après s'être égaré dans le labyrinthe de la cité administrative aux codifications sociales complexes, A'Kirg'Jabb était enfin introduit dans la case principale du palais de briques du Gouverneur, accompagné par un aristocrate de la Cour, qui avançait en âge, et montrait les premières traces d'arthrose aux jointures des doigts. Quelques liasses de secota séchées s'étaient montrées fort utiles pour le décider à accepter sa mission de porte-parole. Bien que le trafiquant rechignât à faire appel à un de ces nobles imbus de leur rang, il savait que jamais il n'aurait pu obtenir d'entrevue sans se faire appuyer par la Cour. Maudit protocole.

L'aristocrate se courba, rajusta son écharpe de soie rayée, mettant en valeur son blason et les stries gravée dans la chitine de son thorax, et redressa l'une de ses jambes de derrière pour tambouriner le code de présentation sur sa carapace postérieure. S'ensuivit un concert de cliquètements de mandibules à grand renfort de gestes. A'Kirg'Jabb racla ses griffes contre le sol : on perdait vraiment du temps en fioritures dans les hautes castes ! Enfin, ce fut à lui de s'exprimer. Frottant deux de ses bras épineux l'un contre l'autre, il exhiba une boîte munie d'une ouverture à lentilles de microscope dans laquelle se trouvait un des nano-implants. Puis il montra à ses interlocuteurs des schémas détaillés de leur futur positionnement aux points-clefs de la musculature intrasquelettique des K'Rinns.

Le Gouverneur arrosa le commerçant de questions stridulantes, martelant le sol et sa carapace. Pour toute réponse, le commerçant demanda l'autorisation de faire entrer un des chirurgiens. Lorsqu'il se retrouva face à l'Humain et au Marionnettiste perché sur son épaule, ses tentacules ostensiblement enfoncées dans la nuque de son symbiote, le Gouverneur eut un mouvement de recul. Mais il se ressaisit en un instant : montrer de la peur eût été déshonorer sa caste. Le négociant servit d'interprète, s'appuyant toujours sur les planches de schémas.
"Spatien A'Kirg'Jabb, j'exige que vous soyez le premier à bénéficier de la modification, afin de démontrer son innocuité à nos soldats."

A'Kirg'Jabb sursauta avant de raffermir ses appuis.
"Bien entendu. J'allais vous le proposer. Mon équipe et moi-même se présenteront au bloc opératoire dès demain matin."


En sortant de l'entretien, le Spatien ne put réprimer un filet de salive tant sa joie était grande. Il allait bientôt pouvoir équiper à neuf son vaisseau grâce à la récompense du Gouverneur. Le Kirg'Iz méritait au moins une triple coque, ce qui permettrait à son capitaine de devenir un des rares transporteurs de minerai enrichi radioactif. Fini, les tractations incertaines autour des plateaux de Spiraxy ! Son carnet de livraison allait exploser ! Il fallait arroser cela. Après avoir raccompagné le symbiote chirurgien à bord, où l'équipage s'occuperait de lui, il s'engagea dans les dédales de T'Gazna, escaladant les murs séchés munis de prises anguleuses pour les griffes, galopant le long de corridors sombres aux parois de feuilles translucides, traversant diverses cases commerciales dont les vendeurs portaient des lucioles symbiotiques autour du thorax, ce qui ajoutait à la phosphorescence des mousses couvrant les parois d'argile. Enfin il parvint à la case de restauration de son cousin A'Kirg'Loff, réputée pour ses délices de larves de vers à soie. Debout près d'un porte-plat, son copilote l'attendait, dodelinant de la tête, apparemment peu disposé à aspirer les larves gluantes servies dans leurs chrysalides.
"Tout s'est déroulé comme tu l'espérais ?
- L'aristo corrompu à joué son rôle à merveille. Agaçant à souhait, ronds de jambes et tambourinades, j'ai bien failli craquer en plein milieu. Le Président tient à ce que je sois le premier équipé en nano-implants, pour servir d'exemple. Tu te rends compte ? Jamais je n'aurais pu me l'offrir !"

En haussant le ton, A'Kirg'Jabb héla son cousin.
"Patron, sors-nous une de tes fameuses flasques de fine de yuba distillée maison !"

Echauffés par l'alcool, les coéquipiers restèrent à discuter jusque tard dans la nuit, sans se méfier du jeune à la carapace bleutée qui semblait à peine sorti de sa dernière mue et se balançait, accroché dans un angle de la case obscure.

"Dans quel but penses-tu que le Gouverneur fasse une commande aussi inhabituelle ?" cliqueta le copilote.
- Il semble que nous manquions de minerai métallique pour renforcer nos distorseurs spatiaux à haute énergie et les générateurs à fusion de cette planète. Apparemment, les ressources du satellite de G'Kelsch s'épuisent... Mais je me demande où il compte se procurer les pépites de tilkath…
La plus proche réserve en est à trois sauts d'ici, sur la planète Sikt du système stationnier E'Kdal. Certes les K'Rinns du Conseil qui l'exploitent ne représentent pas un obstacle majeur, vue la faible densité de Défenseurs dans leur population, mais leurs alliés rithai d'Irilia risquent d'être plus résistants ! Non, le Gouverneur ne pense pas s'attaquer à eux, je suis sûr qu'il a d'autres plans !" s'exclama le copilote.
Cet ambitieux vise un proche renouvellement de mandat… Moi, j'ai comme l'impression que nous pourrions bientôt transporter du tilkath !" s'exclama A'Kirg'Jabb, les yeux déjà brillants à l'idée d'un nouveau marché.

Discrètement, le jeune K'Rinn se détacha de la paroi et s'éclipsa dans l'ombre des tunnels d'argile, tâchant d'étouffer le sifflement des stigmates de son abdomen, tout affolé qu'il était par ce qu'il venait d'entendre. Son père, le Général k'rinn B'Trek'Hirkam, était actuellement en mission d'audit militaire dans le système E'Kdal… et le jeune étudiant connaissait les limites des maigres escadrons qui le défendaient !


*

"Le fils de B'Trek'Hirkam prétend avoir une communication de la plus haute importance à vous faire au sujet de la Défense, Président, stridula un conseiller.
Le jeune a-t-il au moins effectué sa dernière mue ? Vous savez qu'on ne peut guère leur faire confiance avant cet âge, quoique son père fût un de mes meilleurs généraux.
Il est tout juste mature, Président. Il effectuait un voyage de curiosité en toute discrétion dans le système de Ka'Ralt et nous a envoyé une capsule-message depuis son vaisseau, en code d'urgence militaire. Le Président souhaite-t-il écouter le message ? Il date de trois jours environ.
Il le souhaite."

Le conseiller introduisit une aiguille de données dans le lecteur et le haut-parleur se mit à crachoter une série de frottements saccadés. Le son était feutré, on sentait que la chitine de la carapace et des épines des jambes était encore très souple et fine. B'Trek'Tar retraçait en hâte la conversation du Rith et du commerçant de Ka'Ralt qu'il avait surprise.

Le Président secoua la tête avec agacement. L'affaire s'annonçait mal. Jamais le Conseil K'Rinn et les Ka'Raltiens n'avaient été en conflit ouvert. Même au début, lors de la Guerre des Confins, quand la colonie k'rinn avait refusé de s'allier aux Humains pour vaincre le Clan Arythem, le système de Ka'Ralt leur avait été abandonné sans bataille. Ils n'allaient tout de même pas se battre entre K'Rinns, même contre ces sécessionnistes xénophobes de Ka'Ralt ! Si les renseignements qu'il venait d'obtenir étaient exacts, que déciderait-il ? Abandonnerait-il la planète Sikt et son précieux minerai sans la défendre ? Ils avaient besoin de cette source de métal ! On ne trouvait de tilkath, comme les Irilia nommaient ce précieux oxyde, nulle par ailleurs dans les systèmes qu'ils contrôlaient ! Et c'était leur principal objet d'échange commercial... à part la fine de yuba, bien sûr et quelques œuvres picturales et holographiques abstraites qui n'intéressaient guère les autres espèces. Qui plus est, même s'il choisissait de riposter à une attaque de Ka'Ralt, les troupes actuellement en place seraient plus qu'insuffisantes. Quant à attirer l'attention sur le système E'Kdal en renforçant sa défense, c'était hors de question. Comme disait le vieux proverbe k'rinn : celui qui s'arme pour la guerre détruit la paix.
La seule issue qu'il entrevoyait était de s'en remettre à leurs alliés Rith d'Irilia, qui appartenaient au consortium exploitant la nouvelle colonie minière. En grande hâte, le Président dicta les points principaux du message que son interprète devrait vocaliser en langage rith, à destination de l'avant-poste d'Irilia située sur Sikt.

*

Au centre minier, à la réception du message, on commença à s'agiter fermement et à siffler de toute part. Le Commandant avait du mal à calmer les esprits. Les questions fusaient.
"Pourquoi faire alliance avec un peuple aussi lâche, qui exploite notre force militaire pour compenser sa propre faiblesse ?
- Pourquoi serait-ce à nous de prendre tous les risques ?
- Autant chercher du tilkath dans d'autres systèmes ! Il paraît qu'on en a trouvé à douze sauts d'ici, et d'un minerai plus pur encore !
- Certes, contra le Commandant en levant la main, mais ce consortium nous permet de bénéficier de l'avance technologique des K'Rinns. Une fois que nous maîtriserons la fabrication de distorseurs à haute énergie, même les points de saut les plus petits nous seront ouverts. Dès lors, nous serons libres de nous approvisionner en tilkath où nous le voudrons ; en attendant, nous dépendons stratégiquement de nos hôtes."
Après ce rappel, quelques grondements persistèrent, mais les sifflements s'étaient calmés et une organisation s'ébauchait.

*

Une demi-lune plus tard, à bord d'un croiseur militaire de Ka'Ralt, l'équipage se préparait fiévreusement à effectuer le dernier saut à proximité de la planète-cible Sikt. Le navire avait été rééquipé pour l'occasion avec des blindages et des générateurs de boucliers plus puissants. Il était suivi par une escadrille de sept chasseurs de rentrée armés jusqu'aux ailerons. Les quelques cent Défenseurs de la troupe, artificiellement renforcés pour le combat et entraînés à l'usage de ces nouveaux implants, fixaient leurs munitions contre leur thorax et vérifiaient une dernière fois leurs armes. Sur leur dos, ils emportaient des outres d'eau, de sirop et de sève, de quoi tenir plusieurs jours. Un à un, ils montèrent dans les avions d'approche alignés dans le ventre du croiseur.

Verniers ioniques actionnés, celui-ci se trouvait maintenant sur l'orbite prévu. Impossible de descendre plus bas sans se faire repérer. On arrivait au-dessus de la jungle. Ouverture des sas... Largage des avions !

Dans la soute de l'un d'eux, A'Kirg'Jabb sanglait son parachute pour sa première mission. Afin de remporter plus facilement les accords concernant le transport du tilkath, dont les Ka'Raltiens allaient conquérir l'exploitation, et puisqu'il avait lui-même vu sa musculature renforcée par les chirurgiens marionnettistes, il s'était porté volontaire pour l'assaut.
Malgré son expérience de Spatien combattif, ayant parfois dû défendre sa cargaison au corps à corps, ses segments s'entrechoquaient avec appréhension à l'idée d'un saut dans le vide. Soudain, une explosion, suivie d'un sifflement déchirant. L'avion de tête venait de se faire descendre par un missile sol-air. A'Kirg'Jabb ne put maîtriser la dissonance de ses deux cœurs palpitants. Ils n'étaient pas censés se heurter à une telle opposition !

La trappe de son avion s'ouvrit. Le Spatien tendait ses antennes en tout sens, sans pouvoir déceler la base d'où jaillissaient les missiles, certainement camouflée dans les arbres de la jungle. Cette région de Sikt était supposée inhabitée… et pourtant d'autres tirs fusaient, en provenance de dirigeables ionosphériques furtifs qui visaient les vaisseaux de rentrée. Il pleuvait du métal fondu sur la forêt. Un astronef tombant de l'espace laissa une traînée rutilante dans l'atmosphère avant de s'écraser dans la mer.
L'arthropoïde réprima le tremblement de ses membres et se prépara à sauter à l'aveuglette dans ce moutonnement hostile, dès qu'on lui en intimerait l'ordre.

Non loin de cet avion d'approche, aux commandes de l'astronef KR3 qui le couvrait, le capitaine cliquetait ferme des mandibules, fustigeant le Gouverneur dont le plan si subtil et bien préparé avait visiblement été éventé. Ce couard ne méritait pas son titre de noblesse ; il était bien entendu resté dans le Kek'Rlat'Er, à l'abri derrière les épais boucliers du croiseur, séparé des combats par un saut et plusieurs heures-lumière d'espace froid. Et maintenant, sa force d'intervention était seule, coupée de sa base et de son commandement, dans une situation désespérée pour laquelle elle n'avait pas d'ordres !

Un message d'alerte avait aussitôt été envoyé. Mais les capsules à messages mettraient plusieurs heures à faire l'aller et retour. Alors sur le terrain, on s'organisait dans l'urgence. Le KR3 s'insèra dans l'une des deux lignes de combat des chasseurs déployés en V. Ses anti-missiles et ses canons de défense s'activèrent, ses radars fouillant le ciel, à la recherche des ennemis. Deux dirigeables en vue ! Les salves de missiles s'élancèrent et firent mouche ! Mais d'autres dirigeables encore surgirent, plus petits et à basse altitude, de derrière une chaîne de montagne. Les missiles, les projectiles et les lasers s'entrecroisèrent, formant une toile mortelle. Cependant, les cibles semblaient suivre des trajectoires aléatoires, elles passèrent au travers du quadrillage des tirs ka'raltiens. Au même instant, KR6 signala sur le canal de combat une fuite dans son réservoir de confinement de plasma, qui entamait sa manœuvrabilité ; il devait actionner ses distorseurs pour une manœuvre d'extraction rapide vers la relative sécurité de l'orbite haute. Pendant ce temps, KR4 pilonnait la jungle en tentant de repérer et d'atteindre les centres névralgiques des Rithai.

Cette fois, malgré toutes ses manœuvres d'évitement, l'avion d'A'Kirg'Jabb était touché. Il n'y avait plus à tergiverser, le Spatien se lança dans le vide et tomba en piqué, attendant le dernier moment pour ouvrir son parachute. Il revit l'adjudant de formation accélérée devant le tableau, ses bras inférieurs sur ses hanches, une main supérieure pointant les trajectoires et les statistiques sur le tableau et l'entendit déclamer : "Plus la chute est courte, plus longue est la vie". Autour de lui, les toiles de nombre de ses camarades tombaient, trop vite déchirées par des balles, déclenchant des spirales mortelles. Ayant enfin ralenti sa descente, A'Kirg'Jabb obliquait sans cesse à l'aide des poignées de manœuvre. Cible malaisée, il échoua dans la ramure orangée d'un large feuillu, désangla de son mieux son parachute en lambeaux et leva la tête, à court d'oxygène. Le bruit des derniers avions se réduisait à quelques vibrations de plus en plus ténues : ils se repliaient vers l'orbite, éliminant toute possibilité de retraite pour les soldats vaillants qui avaient atteint la jungle.

Dans le camp rith, le Commandant satisfait se lissait les moustaches. Indiquant certains emplacement sur la carte déployée sur une souche qui lui servait de bureau improvisé, il expliquait au jeune B'Trek'Tar comment il avait dispersé leurs miradors anti-aériens dans la forêt, de manière aléatoire. Chacun d'eux disposait d'un unique lanceur de multi-missiles sol-air. Ils avaient beau être peu nombreux, l'impression d'ensemble était déroutante, car aucune base principale ne pouvait être localisée, et pour cause : il n'y en avait pas. A ses côtés, le Général B'Trek'Hirkam, qui représentait le Conseil k'rinn durant ces opérations, posa son bras une épaule de son fils. Il avait tenu à ce que celui-ci assiste à la démonstration stratégique de son homologue rith. Quelque peu amusé par ce jeune étudiant qui buvait ses paroles et qui, après tout, avait déclenché cette manœuvre militaire, le Commandant Skashht se félicitait. Grâce à cette tactique, au total, quatre chasseurs de rentrée et sept avions ennemis étaient tombés. Cependant, quand il avait vu les deux dirigeables sombrer vers la jungle, signalant la perte de douze des leurs, pourtant habiles navigateurs, il avait montré les crocs.

Non loin du mirador de Skashht, A'Kirg'Jabb évaluait ses chances de survie dans la jungle. Il avait perdu plusieurs outres, dont le précieux sirop nutritif. L'une de ses chevilles avait vrillé lorsqu'il avait sauté de l'arbre, et ses tendons le lançaient. Ironiquement, il lui restait quelques unes des fameuses feuilles de secota du Lef'Ton. Que n'avait-il perdu cette maudite partie de Spiraxy ! Comme il n'avait même pas de quoi allumer une pipe, il se mit à mâcher une feuille, non sans cracher de temps à autre le jus noir qui s'en écoulait. Il préférait presque la douleur à l'atroce amertume de cette sève.
Il se demanda combien ils étaient à être parvenus à couvert. Stridulant frénétiquement, dans des fréquences inaudibles pour les Rithai, A'Kirg'Jabb battait le rappel, espérant seulement que les adversaires n'avaient pas de senseurs adaptés aux bandes de fréquence des langages de bataille K'Rinns. Peu de retours. Lorsqu'enfin ils se regroupèrent, ils n'étaient que neuf et le découragement se lisait dans leurs gestes tantôt frénétiques, tantôt emplis de lassitude. Que pouvaient-ils contre une colonie minière largement mieux défendue que leurs prévisions ?

En haut du mirador, le jeune B'Trek'Tar avait capté les signaux de rappel des soldats Ka'Raltiens. Leurs modulations désespérées le retenaient de prévenir le Commandant, ou même son père, dont les antennes avaient perdu leur sensibilité basse-fréquence avec le temps. De toute façon, neuf hommes isolés, quasiment à court de vivres et de munitions, n'iraient pas bien loin dans cette jungle.
Tout à coup, l'étudiant aperçut à l'orée de la clairière la petite troupe de rescapés. Ils s'étaient débarrassés de leurs armes dans le sous-bois, avaient déchiré un grand pan de parachute maintenant fixé au bout d'une branche et se dirigeaient vers la tour de guet, tout en agitant ce drapeau de reddition.
Parmi ceux qui se rendaient tête basse, le jeune K'rinn pouvait reconnaître la carapace olivâtre du commerçant qu'il avait espionné à T'Gazna, et dont il avait vendu les informations. Lorsqu'ils furent à portée de tir, B'Trek'Tar vit avec effroi le commandant Skashht abaisser le bras sans la moindre pitié. Son officier enfonça neuf balles dans son chargeur. On ne faisait pas prisonnier des sans-honneur, des soldats déclarés qui pourtant attaquaient en traîtres, dignes seulement d’être marqués du bleu infamant du Dri'h.



Mer 18 Août 2010 15:05
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim 2 Août 2009 11:28
Message(s) : 946
Localisation : Spatien
Le texte est bien construit.
Le début est un peu lent, mais dès que l'on parle de politique... Seul Frank Herbert à réussi à rendre la politique intéressante ^^

_________________
"L'imagination est plus forte que la science"
Albert Einstein
"un dé pour les dominer tous
un dé pour les unir
un dé pour les rassembler tous
et sur les tables, les faire jouer!"


Jeu 9 Sep 2010 09:34
Profil
Contributeur

Inscription : Lun 26 Juil 2010 17:45
Message(s) : 46
Localisation : Tourlaville
Effectivement, le début est moins accrocheur que le reste, mais j'aime beaucoup l'histoire.

_________________
"L'éternité n'améliore pas les imbéciles." Jedediah Meakham
Visitez mon site Internet


Ven 10 Sep 2010 08:11
Profil Site internet
Contributeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam 2 Mai 2009 21:16
Message(s) : 527
J'avoue que c'est, pour l'instant, la nouvelle où j'ai eu le plus de mal à accrocher (je n'ai pas encore lu les deux dernières). Elle manque complètement d'unité. Il y a au moins trois histoires distinctes, la rencontre des deux marchands, la négociation k'rinn/irilia et le combat sur la planète, sans aucun personnage pour faire le lien. Le fil conducteur est une histoire de minerai rare, mais sans facteur humain (ou sentient) à la clé, le lecteur ne se sent guère concerné. C'est dommage, parce que la description détaillée des K'Rinns, anatomie, coutumes, mobilier et cuisine, aurait pu alimenter une nouvelle davantage centrée sur la société k'rinn. J'ai eu l'impression que l'auteur passait à côté du sujet.


Ven 10 Sep 2010 11:39
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun 17 Mai 2004 11:13
Message(s) : 3131
Localisation : Près de Paris
Bonjour à tous,


@Patrick : je trouve tes remarques sévères dans leur intensité mais justifiées sur le fond. J'ai personnellement bien accroché dessus, mais on peut effectivement retravailler l'unité du texte. Des phrases de transition permettraient de faire s'écouler plus fluidement la narration. Des références plus marquées aux personnages principaux le lieraient et lui donneraient de la vie.

@Lauryn, @Soulnight : c'est l'aspect présentation qui est un peu lent ? Ou bien l'action elle-même, la description du jeu et des protagonistes ? Peut-être insister plus encore sur la cargaison à destination de Ka'Ralt et utiliser mieux cette accroche pour lier avec la suite ?

_________________
@+

Benoît 'Mutos' ROBIN

"Si ce message n'est pas édité au moins 3 fois, attendez un peu, il n'est pas fini !"


Dim 12 Sep 2010 04:30
Profil Site internet
Contributeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam 2 Mai 2009 21:16
Message(s) : 527
La scène du jeu est très réussie, mais en comparaison, les deux autres parties ont l'air trop courtes. L'unité du récit serait rattrapable si un des négociateurs k'rinns était personnellement impliqué dans l'exploitation du minerai sur cette planète, et s'il était témoin (horrifié) de la bataille qui s'ensuit. Il ne serait sûrement pas d'accord avec le commandant irilia sur la façon de traiter les prisonniers. Le jeune étudiant du bar pourrait aussi être un peu plus développé.


Dim 12 Sep 2010 09:41
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim 2 Août 2009 11:28
Message(s) : 946
Localisation : Spatien
Le contraste est trop fort entre un début trop lent et une fin trop rapide.
Ca donne un contexte assez difficile à lire. On reste un peu sur sa fin

_________________
"L'imagination est plus forte que la science"
Albert Einstein
"un dé pour les dominer tous
un dé pour les unir
un dé pour les rassembler tous
et sur les tables, les faire jouer!"


Dim 12 Sep 2010 19:21
Profil
Contributeur

Inscription : Mar 27 Juil 2010 22:32
Message(s) : 419
Merci pour vos remarques. Au risque de briser l'anonymat... je signale que je vais remanier ce texte de manière importante, j'espère finir ce week-end ! Merci pour vos pistes.


Ven 24 Sep 2010 02:48
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun 17 Mai 2004 11:13
Message(s) : 3131
Localisation : Près de Paris
Bonjour Scylliance,


Je t'envoie en urgence la première relecture alors, je suis en train d'intégrer tous les commentaires faits par mail en commentaires Word. Au fait, pour les relecteurs, pourriez-vous svp intégrer directement les commentaires ? Merci d'avance ^-^

_________________
@+

Benoît 'Mutos' ROBIN

"Si ce message n'est pas édité au moins 3 fois, attendez un peu, il n'est pas fini !"


Dim 26 Sep 2010 08:06
Profil Site internet
Contributeur

Inscription : Mar 27 Juil 2010 22:32
Message(s) : 419
Merci c'est super. J'ai déjà pas mal travaillé, plus qu'à peaufiner alors.


Dim 26 Sep 2010 08:29
Profil
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Répondre au sujet   [ 13 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduit en français par Maël Soucaze.