Consulter les messages sans réponse | Consulter les sujets actifs Nous sommes actuellement le Dim 21 Jan 2018 19:13



Répondre au sujet  [ 4 message(s) ] 
 Virus informatique 
Auteur Message
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam 2 Oct 2010 20:01
Message(s) : 18
Localisation : Paris
A l'heure (terrienne du début du XXIe siècle) des risques de cyberguerres, et vu tout aéronef utilise un ordi, il y a moyen de neutraliser un vaisseau en lui envoyant un virus qui provoquerait beaucoup de dégâts ?

On a apparemment parlé des virus biologiques (pas vu les détails sur les topics en question), mais pas de leur équivalent informatique, qu'en sera-t-il ?

Les premiers utilisations de virus provoqueraient de tels dégâts que l'installation de pare-feu est devenu une urgence chez une flotte touchée ? ou changer la manière d'utiliser les ordinateurs et isoler totalement les systèmes voire de retourner à une communication interne "obsolète" comme dans Battlestar Galactica ?

Je crois que je vais donner manière à réfléchir^^


Sam 2 Oct 2010 20:26
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Lun 17 Mai 2004 11:13
Message(s) : 3131
Localisation : Près de Paris
Bonjour Mandarin,


Bonne idée, on a déjà parlé des armes ECM, qui sont bloquées par les boucliers mais qui peuvent, lorsqu'elles passent, endommager les systèmes électroniques. Pour l'informatique, çà rentre dans le coté cyber du jeu et bien sûr que ce sera possible.

La difficulté que je vois est d'abord d'arriver à se brancher sur les systèmes de communication extérieures. Là çà risque d'être assez dur ! L'idée serait de passer par les senseurs ou les systèmes de communication et de balancer des séquences qui les font disjoncter.

Contre un vaisseau isolé, çà risque d'être très dur. A longue distance, il ne sera joignable que pas des faisceaux dirigés et à courte distance, un vaisseau en situation de combat sera effectivement protégé et restreindra ses communications. Je vois bien par contre la possibilité s'infiltrer dans les communications d'une flottille pour prendre le contrôle des ordinateurs de comm des vaisseaux, voire remonter de là sur le reste du système. Toutes sortes de perturbations peuvent alors se produire sur l'appareil cible... En écriture, çà laisse des possibilités infinies de scénarios, en JdR le MJ a de quoi s'amuser et en JV coder un système d'invasion informatique peut pimenter les longues soirées des développeurs...

_________________
@+

Benoît 'Mutos' ROBIN

"Si ce message n'est pas édité au moins 3 fois, attendez un peu, il n'est pas fini !"


Dim 3 Oct 2010 08:45
Profil Site internet
Contributeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Sam 2 Mai 2009 21:16
Message(s) : 527
Il y a déjà pas mal de scénarios où un hacker pénètre l'informatique d'un vaisseau. C'est plus facile si le hacker est un ancien employé de la société (comme dans "Speed 2") qui s'est installé un accès secret. En 2250, les langages informatiques doivent être nombreux et radicalement différents d'une espèce à l'autre: il faudra trouver le bon spécialiste.


Dim 3 Oct 2010 10:50
Profil
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim 2 Août 2009 11:28
Message(s) : 945
Localisation : Spatien
Ou des logiciel traducteur échangé entre hacker ^^

_________________
"L'imagination est plus forte que la science"
Albert Einstein
"un dé pour les dominer tous
un dé pour les unir
un dé pour les rassembler tous
et sur les tables, les faire jouer!"


Dim 3 Oct 2010 23:12
Profil
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Répondre au sujet   [ 4 message(s) ] 

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  
cron
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Designed by ST Software for PTF.
Traduit en français par Maël Soucaze.